Mohamed Najah

État Civil
le 1er mai 1963 à Casablanca, Cheikh Docteur Mohamed Najah est originaire du Maroc. Marié depuis l’âge de 24 ans, il est aujourd’hui père d’une famille de 5 enfants. Depuis son installation en France en 1985, il œuvre en vue de favoriser la conciliation de l’exigence citoyenne des musulmans en France avec celle de leur pratique religieuse.

Formation Scientifique
Développant très tôt un goût pour la rigueur des raisonnements mathématiques, il obtient son Baccalauréat en Science Expérimentale au lycée Moulay Abdullah à Casablanca en 1981. Son intérêt pour les disciplines scientifiques se confirmant avec le temps, il obtient une première maîtrise en mécanique des fluides (sciences physiques) à la Faculté Hassan II en 1985, qu’il complète, l’année suivante par un Diplôme d’Études Approfondies en Mécanique et Acoustique à l’Université Louis Pasteur de Strasbourg. Arrivant au terme de son cycle d’études, il clôt son parcours, au sein de la même université, en décrochant un Doctorat en Science Physique, sur l’étude des polymères, qu’il obtiendra avec les félicitations du jury.

Activité professionnelle
Diplômé, et animé par la volonté de participer à la transmission du savoir, il décide de passer les concours de recrutement de la fonction publique en vue d’intégrer l’Éducation Nationale. L’étape étant franchie avec succès, il y détient aujourd’hui une expérience de près de 30 ans en tant que professeur de Mathématiques et de Sciences Physiques, aussi bien au sein des services de l’Éducation Nationale, que dans le cadre du supérieur.

Formation théologique
Passionné de sciences religieuses, Cheikh Mohamed Najah a bénéficié d’une formation en matière de théologie auprès de plusieurs Cheikhs, dont certains sont célèbres dans le monde musulman :

Cheikh Ali Mazyan (Algérie) :
Science du Tajweed (les règles de la récitation du Coran).
Fiqh (Jurisprudence) : étude du livre « Jawahir Al Iklil – Commentaire du précis de Cheikh Khalil suivant l’école malikite ».
Cheikh Abou Seif (Maroc), élève éminent de l’illustre savant marocain Cheikh Docteur Mustapha Ben Hamza :
« Usul Al Fiqh » (Les fondements de la Jurisprudence
Cheikh Abou Ali Souri (Syrie) :
« Ulum Al Hadith » (Science du Hadith).
Le prestigieux savant Cheikh Docteur Saïd Ramadan Al Bouti (Syrie) :
La Aqida (la Croyance musulmane).
La Sira : arrêt sur images de la biographie du Prophète (PPSL).
Les Sagesses Ataïques : sur la base d’une sélection du Cheikh.
Al Maqasid (Science de la finalité) : initiation du Cheikh.
Cheikh Docteur Abdullah Al Bukhari (Maroc) :
La Aqida (la Croyance musulmane).
« Ulum Al Quran » (Les Sciences du Coran).
Cheikh Docteur Zin Al Abidine Balafrej (Maroc) :
« Ulum Al Hadith » (Les Sciences du Hadith).
Non content de s’arrêter aux enseignements prodigués par ces différents Cheikhs, que Dieu leur fasse miséricorde, Cheikh Najah a poursuivi son apprentissage dans les sciences religieuses à partir des nombreux livres qu’il fut amené à travailler dans le cadre de l’enseignement qu’il dispense au sein des mosquées, mais également dans son Institut.

En effet, il effectue présentement un travail de fond et de synthèse autour d’une vingtaine d’ouvrages de référence, et ce, pour chacune des disciplines évoquées ci-dessus. Ne pouvant se satisfaire d’une reprise sommaire de ces derniers, il espère publier prochainement, en langue française, ses propres livres dans les domaines suivants : la Aqida, la Sira, le Fiqh, Ulum Al Hadith, Ulum Al Quran, Usul Al Fiqh etc. Cela dans le but d’enrichir de sa touche personnelle le contenu religieux accessible au public français, mais également afin d’apporter sa propre contribution à la communauté scientifique.

Les influences du Cheikh
Au cours de sa formation religieuse, Cheikh Najah grandit sous l’impulsion de ressources plurielles. Toutefois, si ces dernières ont bel et bien participé à façonner l’homme qu’il est devenu, certaines demeurent plus prégnantes dans son itinéraire personnel de développement. Voici le répertoire de ses influences les plus déterminantes :

Les contemporains
Incontestablement, Cheikh Saïd Ramadan Al Bouti fut celui qui participa le plus à la construction religieuse et spirituelle du Cheikh Najah. Influencé par ses écrits, mais davantage encore par la beauté de son comportement, il fut profondément marqué par la qualité de son éloquence, sa sincérité, son immense spiritualité, son aptitude à faire remuer les cœurs, à interpeller la raison, ainsi que par ses nombreuses larmes au moment d’évoquer Dieu. Puisant un riche enseignement de sa rencontre, de ses sermons du vendredi, de ses conférences et de ses formations scientifiques, Cheikh Najah porte, sans conteste, l’empreinte de ce remarquable savant. Ses livres, comptent parmi les premiers livres islamiques que lut Cheikh Najah dans sa jeunesse.

Cheikh Metwali Shaarawi, célèbre savant et théologien égyptien, joua un rôle majeur dans l’instruction du Cheikh Najah et particulièrement par son exégèse du Coran.

Les anciens
La plus grande influence du Cheikh Najah parmi les auteurs de l’aube de l’Islam se trouve dans la personne de l’Imam Abou Hamid Al Ghazali. Véritable référence dans le monde musulman pour la sagesse et la profondeur de ses réflexions, il émut le Cheikh par ses livres et particulièrement par son ouvrage majeur « Ihya ‘Ulum Din » (La Revivification des Sciences de la Religion), qui constitua l’une de ses premières lectures.

Les relations du Cheikh
Au cours de ces 30 dernières années, le Cheikh s’est forgé une grande expérience pratique lors des activités et des projets qu’il a conduit en faveur des musulmans de France. Ainsi, il eut la chance de rencontrer de nombreuses personnalités reconnues dans le monde musulman.

Au premier rang d’entre elles, figure l’honorable Cheikh Docteur Saïd Ramadan Al Bouti, savant syrien spécialisé dans les sciences théologiques. À la suite de la lecture de son ouvrage sur le Prophète (« Fiqh As-Sira »), Cheikh éprouva une grande attirance pour la sagesse qui imprégnait les enseignements exposés par son auteur. Mais lorsque ces pages favorisèrent la première rencontre, l’attirance laissa place à l’admiration : un amour était né. Depuis, et jusqu’à sa mort en 2013, une grande relation se noua entre eux. A de nombreuses reprises, Cheikh Mohamed Najah eut l’honneur de l’inviter chez lui. Ce fut notamment le cas lors du premier congrès organisé par le Cheikh à la Grande Mosquée d’Evry où il se chargea personnellement d’y solliciter sa participation. A chaque rencontre, Cheikh Saïd Ramadan Al Bouti faisait en sorte d’offrir en exclusivité au Cheikh Najah les dernières publications des livres qu’il avait édités. Le Cheikh acquit ainsi énormément au côté de cet immense savant, auprès duquel il eut de nombreux échanges sur les 20 dernières années précédant sa mort. On peut donner en exemple, ici, la discussion dans laquelle Cheikh Mohamed Najah lui confia avoir l’intention de mettre un terme à son activité de Khatib, ce à quoi Cheikh Saïd Ramadan Al Bouti répondit : « il ne t’est personnellement pas permis de mettre fin à cette vocation ».

A nouveau à l’occasion de congrès dont il était chargé d’organisation, Cheikh Najah put faire la connaissance du célèbre Cheikh Docteur Raghib Al Serjani, médecin égyptien, et savant spécialisé dans l’Histoire. Ce dernier assista à plusieurs de ces rencontres. Alors qu’il assistait au discours du vendredi prononcé par Cheikh Najah dans la mosquée Essalam de Corbeil-Essonnes, Dr Raghib Al Serjani lui fit le témoignage suivant : « peux-tu me révéler le secret à l’origine de l’attention et de l’émotion qu’éprouvent les gens à l’écoute de tes exhortations ? Comment donc fait tu pour que ta parole soit aussi douce ? Devant Dieu, je me permets de te poser ces questions car j’ai vu d’innombrable personnes touchées par ta parole et émues par tes mots ».
Toujours à la faveur de congrès, Cheikh Najah fit la connaissance de Cheikh Abdoullah Bel Madani, grand savant marocain, ayant pour thème de prédilection la spiritualité. Lors d’un congrès à Rennes, suite à une conférence effectuée par Cheikh Najah sur l’éducation des enfants en islam, Cheikh Bel Madani, ne débuta sa propre intervention qu’après avoir consacré toute son ouverture à louer la qualité d’analyse et d’explication du Cheikh : « Docteur Mohamed Najah maîtrise pleinement son sujet, son expérience est celle d’un homme de terrain en phase avec la réalité de son temps. La qualité de son exposé nous révèle son expertise du contexte français ».
De même, Cheikh Najah eut l’opportunité de faire la rencontre du célèbre savant marocain, Cheikh Mustapha Ben Hamza. Suite à un séminaire de plusieurs jours ayant pour objet l’étude des Usul al Fiqh, Cheikh Najah le reçut chez lui. Ainsi, il put bénéficier de nombreux conseils auprès de lui en matière de sciences religieuses. Ce fut notamment lui qui lui conseilla les ouvrages d’exégèse du Coran (Tafsir Al Mounir) écrits par Cheikh Wahba Az-Zuhayli, illustre savant syrien, ainsi que l’encyclopédie du Fiqh islamique et ses arguments, édité par le même auteur. Jamais le Cheikh n’eut à regretter l’achat de ces trésors qu’il considère parmi les plus grands chefs-d’œuvre du patrimoine musulman. Charmé par le savoir de ce grand savant, il se résolut à l’inviter à un congrès. Après avoir obtenu ses coordonnées par l’intermédiaire du Cheikh Saïd Ramadan Al Bouti, il put s’entretenir personnellement avec lui. Malheureusement, ce dernier n’a finalement pas pu faire suite à cette demande en raison des restrictions du régime syrien.

C’est par la grâce de Dieu que Cheikh Najah a été amené à côtoyer, dans sa vie, énormément de Chuyukh. Leur proximité est source de richesses, d’expériences et d’enseignements inestimables.

Parmi les plus grandes rencontres du Cheikh, on peut également compter les personnalités suivantes :

Cheikh Mohammed Rateb Al Nabulsi, Docteur Syrien réputé dans le monde arabe. Invité à deux reprises par Cheikh Najah lors de congrès, il constitue aujourd’hui une de ses connaissances.
Cheikh Abu Bakr Al Jazaïri, éminent savant enseignant à l’université de Médine. Cheikh Najah eut l’honneur de faire sa rencontre et de partager avec lui. Au cours de leurs échanges, il lui fit la confidence suivante : « Vous avez un immense salaire à faire l’appel à Dieu en France. Si je n’avais pas un engagement qui me retenait ailleurs, je resterai avec vous ».
Cheikh Mahmood Al Houari, spécialiste syrien en astronomie, dans le domaine des horaires de la prière et de la détermination du début et de la fin du mois de ramadan. Rencontré à de nombreuses reprises, Cheikh Najah put profiter de son expertise en la matière.
Cheikh Habib Ali Al Jifri, grand savant soufi yéménite qui vint en France suite aux conseils du Cheikh Saïd Ramadan Al Bouti dont il était un ami proche. À cette occasion, Cheikh Najah eut l’honneur de partager avec lui.
Cheikh Hamid Al Rifaie, grand savant saoudien, spécialiste du dialogue islamo-chrétien. Cheikh Najah l’invita à de nombreux congrès au cours desquels Cheikh Al Rifaie lui offrit, en témoignage de leur amitié, deux de ses livres.
Cheikh Ahmed Al Masarawi, doyen des récitateurs en Egypte. Cheikh Najah put avoir de nombreux échanges avec lui.
Responsable d’organisation à de très nombreux congrès, Cheikh Najah eut également l’honneur d’inviter les notoriétés suivantes :

Cheikh Saïd Al Kamali, savant marocain spécialiste de l’histoire islamique, des Hadiths et du Fiqh.
Cheikh Abou Zayd Al Moqri, théologien spécialiste de la littérature arabe et homme politique marocain.
Cheikh Mohammed Touchgani, savant marocain spécialiste en matière de Fiqh et recteur de la mosquée de Bruxelles.
La liste est encore longue, mais on l’écourte ici par souci de concision.

Ainsi, la science ne tient pas uniquement à ce qui peut être transmis lors d’un cours, mais elle relève également de ce que l’on peut tirer comme expérience au contact des gens de science, lorsque l’on se retrouve dans le cercle de leur fréquentation.

Biographie Ahmed Jaballah:

Ahmed Jaballah est le président du Conseil Théologique Musulman de France.

Il est théologien, imam et Doyen de l’Institut Européen des Sciences Humaines (IESH) à Paris. Professeur de sciences islamiques (exégèse coranique notamment) à l’IESH de Paris, il intervient et participe à des colloques scientifiques dans d’autres universités et instituts de formation :

en France : Institut catholique de Paris, Institut catholique de Lyon, Centre universitaire catholique de Bourgogne, Université de Strasbourg, membre de jury de thèse de doctorat à l’Université Lyon ll…
à l’étranger : en Tunisie (Université Zeitouna), Algérie (Constantine, Batna), Maroc (Rabat, tetouane), Qatar (Doha), Koweït, Malaisie (Kuala Lumpur), Indonésie (Mataram)…
Né en Tunisie en 1956, il est titulaire d’une Maîtrise en Sciences islamiques obtenue à l’Université Zeitouna en Tunisie. Docteur en islamologie, il a soutenu sa thèse en 1987 à La Sorbonne (Paris lV) sur « La notion du travail dans le Coran », sous la direction du Professeur Jean-Paul Charnay.

Installé en France depuis 1980, son engagement intellectuel et associatif porte sur le développement d’un islam fidèle à ses principes et s’inscrivant dans le contexte français et européen, avec un intérêt au dialogue interreligieux :

Président de l’UOIF (Union des Organisations Islamiques de France) entre 1984 et 1992 puis entre 2011 et 2012
Co-fondateur en 1992 de l’Institut Européen des Sciences Humaines (IESH) de Bouteloin dans la Nièvre, institut privé de sciences islamiques et de langue arabe travaillant sur la formation des cadres religieux musulmans européens
Co-fondateur en 2001 de l’Institut Européen des Sciences Humaines (IESH) de Paris à Saint-Denis
Président du Conseil Théologique Musulman de France – CTMF (créé en mois de mai 2015)
Membre fondateur du Conseil Européen de la Fatwa et des Recherches (conseil théologique dont l’objectif est d’offrir aux musulmans européens une compréhension de leur religion tenant compte du contexte européen actuel)
Membre de l’Union Mondiale des Savants Musulmans
Membre de 2010 à 2012 de l’association « Religions pour la paix », consacrée au dialogue interreligieux
Participant à de nombreux colloques interreligieux en France, en Europe et à travers le monde (plusieurs participations à la semaine de rencontre islamo-chrétienne SERIC, colloque en 2000 au Vatican sous l’égide du Pape Jean Paul ll…)
Participant aux trois cercles de dialogue avec l’islam initiés par le Ministère de l’Intérieur
Co-auteur de « L’avenir de l’islam en France et en Europe » (Balland, 2003), auteur de nombreux articles, il intervient régulièrement (conférences et médias) sur les questions liées à la théologie musulmane, la présence des musulmans en Europe et le dialogue interreligieux