Le vivre ensemble en islam

Comment l’islam envisage-t-il l’être humain de façon générale?
Afin de comprendre comment l’éthique musulmane aborde la question des relations entre musulmans et non-musulmans, Dieu a dans le coran honoré l’être humain en tant que tel :
«  Nous avons certes honoré les enfants d’Adam » et cela sans distinction de couleur, de sexe ou de religion. La valeur de la paix va donc prendre une importance particulière dans le domaine relationnel entre les Hommes. Dieu ne cesse de nous rappeler dans le Coran l’origine unique des Hommes et leur égalité . Il dit en effet dans le sens du verset «Ô gens ! Nous vous avons créés à partir d’un mâle et d’une femelle, et Nous avons fait de vous des peuples et des tribus afin de vous connaître les uns les autres. Certes, le meilleur d’entre vous auprès d’Allah, est le plus pieux. Allah est certes Savant et Avisé ».
A travers ce verset, nous voyons que Dieu Exalté soit-Il, met en évidence le fait que les Hommes aient avant tout une même origine et puisque nous sommes d’une même origine, nous sommes tous égaux: « Nous vous avons crée d’un mâle et d’une femelle ».
Ensuite est évoqué dans le verset la diversité des Hommes «  Et nous avons fait de vous des peuples ». Cette diversité , Allah Exalté soit-Il l’a voulu et en a fait un bienfait parmi les innombrables bienfaits de Dieu. Nous ne pouvons tous nous ressembler, nous ne pouvons tous penser de la même façon, nous ne pouvons tous avoir les mêmes modes de vie etc. Et si cela était le cas la vie serait bien triste et monotone. Nous devons au contraire nous rappeler que si Dieu dit qu’Il nous a crée différents c’est dans un but bien plus noble: afin que nous nous entre-connaissions, que nous nous entraidions et non pour être en conflit ! Et c’est ce qu’Il rappelle dans le verset cité précédemment.
Nul n’est meilleur que l’autre, ni le blanc, ni le noir, ni le jaune, ni quiconque. Notre bien aimé Prophète Salla Lahou alayhi wa salam nous rappelle en effet que Dieu ne « regarde ni nos images, ni nos corps mais qu’ils regardent nos coeurs ». Le coeur, ce membre qui, s’il est sain tout le corps est sain, et s’il est malade tout le corps est malade. Ce coeur, qui est au coeur de notre vie, car il nous dirige vers le bien, la bonté, la gentillesse, la douceur, le respect, la tolérance et la justice s’il est sain et modeste. Ce coeur qui renferme sa pitié, qui reconnaît son Seigneur et s’y soumet, car convaincu que seul Lui mérite d’être adoré.
Dieu ne met-Il pas en évidence le fait que malgré nos différences, le meilleur d’entre nous n’est autre que celui qui est le plus pieux? Or il n’existe pas de thermomètre de la foi, il n’existe pas de thermomètre de la piété. Seul Dieu la connaît, et seul Dieu détient les coeurs.
En gardant en tête cet élément chacun devrait apprendre à aimer l’autre et à respecter l’autre car il est son frère en humanité. Et quand bien même l’autre ne pratique pas ou ne croit pas, cela reste entre lui et son Seigneur. Voyons comme Allah nous interpelle avec tant de sagesse dans le verset suivant:
«  Si ton Seigneur l’avait voulu tous ceux qui sont sur la terre auraient cru. Est-ce à toi de contraindre les gens à devenir croyants? » Sourate Younouss, verset 99
Allah Exalté soit-Il rajoute que le meilleur d’entre nous est le plus pieux, or la piété est quelque chose que seul Allah connaît. Il s’est donc approprié cette affaire, nous n’avons pas à rentrer dedans, seul Allah connaît les cœurs. Ce qui nous est demander est d’oeuvrer ensemble pour le bien et le reste appartient à Dieu.
Or refuser la diversité et vouloir imposer aux autres un modèle unique est source de conflits. Le fait donc de reconnaître et de respecter la diversité est des principes les plus importants en Islam. Dieu a voulu cette diversité et Il nous rappelle à ce titre, dans le sens du verset :
« Si Dieu l’avait voulu, Il aurait fait de vous tous une seule communauté, or ils sont en divergence continuelle » Sourate La Table Servie, verset 48

Par ailleurs, lorsque la société musulmane est apparu, le prophète salla Lahou alayhi wa salam a élaboré une charte qui reconnaissait tous les habitants de la ville de Médine. Les musulmans et les non musulmans étaient reconnus comme partie intégrantes de la société et tous avaient un statut de citoyens égaux. Les musulmans avaient le devoir de protéger les non musulmans qui vivaient avec eux et faisaient partie de leur société.
Dieu dit également dans un verset du Coran :
« Que celui qui le désire croit, et que celui qui le désire ne croit pas ». Peu importe nos certitudes, la vérité à laquelle nous croyons ne nous donne aucun droit de contrainte vis-à-vis des autres. La parole divine regorge de versets allant dans le sens de la tolérance et du respect: « Nulle contrainte en religion », « Si vous faîtes le bien c’est pour vous, et si vous faites le mal c’est contre vous-même ».
Ensuite, Dieu déclare la vie humaine sacrée  et condamne l’injustice sous toutes ses formes. L’injustice est une chose détestable et Dieu se l’est interdite comme Il l’a interdite à ses serviteurs. Le Prophète salla Lahou alayhi wa salam rapporte que Dieu a dit :
« Ô mes serviteurs. Je me suis interdit l’injustice et je l’ai déclarée interdite entre vous : ne commettez pas d’injustice les uns envers les autres ».

L’injustice est donc condamné comme le dit Allah, jusqu’au jugement dernier : « Nous poserons les balances exactes le jour de la résurrection. Aucune âme ne sera lesée en rien » Sourate 21, verset 47. Que l’on soit donc croyant ou non, musulman, chrétien, juif ou autres, personne ne sera lésé le jour du jugement dernier.

Voilà ce à quoi l’islam invite :au respect, à la liberté, à l’égalité et au devoir d’être miséricordieux les uns envers les autres. « Sois miséricordieux envers les créatures de ce bas monde, celui qui est dans les cieux sera miséricordieux envers toi ». Voilà ce à quoi Dieu nous invite. Il nous invite également à être juste et être juste et bon, ce n’est pas être juste et bon uniquement envers ses semblables. Même envers les gens hostiles, Dieu nous ordonne d’être justes, lorsqu’Il dit dans le sens du verset : « Que la haine d’un peuple ne vous incite pas à être injustes ! Soyez justes, cela est plus proche de la piété. Dieu est parfaitement informé de ce que vous faîtes » Sourate 5, verset 48.

Voici les valeurs morales pratiquées par notre bien aimé Prophète Salla Lahou alayhi wa salam et celui-ci fut envoyé afin d’être un exemple pour nous, un modèle.
Il mettait en pratique le message divin dans chaque acte de sa vie. D’ailleurs, lorsque l’on interrogea son épouse Aicha ( Que Dieu l’agrée) quant à son comportement, elle répondit : «  Il était un coran qui marchait sur terre ». On entend par là qu’il était à l’image des ordres divins. Il était le digne de confiance et était doux avec les gens.
C’est en cela que Dieu s’adresse dans le Coran au Prophète salla Lahou alayhi wa salam en lui disant : «  C’est par quelque miséricorde de la part d’Allah que tu as été si doux envers eux ! Mais si tu étais rude, au cœur dur, ils se seraient enfuis de ton entourage »
Ainsi, comme nous l’avons évoqué précedemment, le Coran nous enseigne des valeurs telles que la connaissance mutuelle, la justice, la bienfaisance tout comme Il a sacralisé la vie humaine et a catégoriquement interdit de lui porter atteinte. C’est à ce titre qu’Il va jusqu’à considérer que la vie d’une seule personne vaut la vie de l’Humanité entière.

« Voilà pourquoi Nous avons prescrit aux fils d’Israël :  » Si quelqu’un tue un homme sans qu’il y ait eu meurtre ou violence commise sur la terre, c’est comme s’il avait tué tous les hommes ; et si quelqu’un sauve une vie, c’est comme s’il avait sauvé tous les hommes « .
Bien que Nos envoyés soient venus à eux avec des preuves évidentes, beaucoup d’entre eux ont ensuite commis des excès sur la terre. » Sourate La Table Servie, verset 32

Qu’Allah protège les sociétés de tout mal et qu’Il fasse que la fraternité, l’entraide et la solidarité soient à la base de notre vie.

Ismahène Bouzidi